Ce test va vous donner l’opportunité de découvrir la trottinette électrique Segway Ninebot Max G30D II.

Présentation

Si vous ne regardez pas de très près, vous pourriez facilement confondre le nouveau modèle avec l’ancienne trottinette électrique de Segway. Ce n’est pas une mauvaise chose, car l’ancien modèle semblait déjà visuellement mature. Le guidon est maintenant un peu plus court. Nous ne l’aurions pas remarqué. Avec une hauteur de caisse de 185 centimètres, il est ergonomiquement approprié à la conduite.

La plus grande différence est peut-être le guidon lui-même. Il n’y a plus de cloche classique en forme de cloche. Cette fois, on utilise une cloche à anneaux qui glisse du côté droit vers le côté gauche. Il fonctionne bien et a l’air intelligent. Nous n’avons pas remarqué de cliquetis en roulant, comme l’ont décrit certains utilisateurs. Sur le côté droit, il y a maintenant un crochet pour le mécanisme de pliage à la place de la cloche. La classe de protection contre l’eau a été améliorée. Il existe désormais une protection IPX5 pour l’ensemble du corps et une protection IPX7 pour les composants principaux.

Design de la Segway Ninebot Max G30D II

Là encore, il n’y a qu’un seul frein à main sur le côté gauche du guidon. Il déclenche simultanément le frein mécanique sur la roue avant et le frein à moteur électrique sur la roue arrière. Il peut être ajusté finement. Cependant, lors d’un freinage complet, le conducteur doit toujours se pencher en arrière avec le poids de son corps, sinon il peut arriver que la trottinette électrique bascule vers l’avant.

Malheureusement, Segway a rationalisé le levier permettant de contrôler directement le frein du moteur électrique. Nous estimons qu’il s’agit d’un net recul. De nombreux coureurs préfèrent le frein moteur dans l’utilisation quotidienne car il fonctionne sans perte et n’utilisent le frein à disque mécanique que dans des situations plus extrêmes. Toutefois, il convient de noter que le frein à disque fonctionne généralement pendant plusieurs centaines de kilomètres avant que les plaquettes de frein ne doivent être remplacées. Petit détail visuel : la poignée de l’accélérateur est désormais jaune, alors qu’elle était bleue sur le G30D Max.

Segway Ninebot Max G30D II

Le feu avant est également neuf. Il s’intègre désormais plus élégamment dans le cadre. Cependant, tout comme la lumière de son prédécesseur, elle ne peut pas être modifiée par l’utilisateur en termes de hauteur de faisceau. C’est dommage. Même si la lumière est extrêmement brillante et adaptée à la conduite de nuit, elle aurait pu briller un peu plus haut pour éclairer davantage la route ou le chemin.

Le feu arrière a également été modifié, mais il s’agit principalement d’une modification optique. Le quart supérieur n’est plus blanc-transparent, mais le feu arrière est rouge partout.

La Segway Ninebot Max G30D II fait un pas en avant en ce qui concerne le mécanisme de pliage. Selon certains tests, le crochet de sécurité du prédécesseur se cassait de temps en temps. Cela ne devrait plus se produire aussi rapidement avec la nouvelle trottinette électrique Segway. Cette fois, le crochet de sécurité est intégré directement dans le levier et semble être de bien meilleure facture.

Comme pour son prédécesseur, un œillet sur le guidon s’engage également avec un crochet sur le garde-boue arrière. Cela permet de soulever l’appareil par le guidon replié pour le transporter. Le transport de la trottinette électrique n’est pas très amusant, car il pèse un peu plus de 18 kilogrammes, soit à peu près le même poids que son prédécesseur.

La Segway Ninebot Max G30D II utilise le même moteur de roue arrière que son prédécesseur. Ce n’est pas un problème, car le moteur de 350 watts est l’un des plus puissants que nous ayons testés. Au niveau d’accélération le plus élevé, il atteint rapidement la vitesse maximale de 20 kilomètres par heure avec un utilisateur pesant bien 75 kilogrammes. Il devrait également accélérer rapidement les cyclistes plus lourds. Toutefois, le poids maximal ne doit pas dépasser 100 kilogrammes. À 20 kilomètres par heure, il est un peu plus rapide que son prédécesseur et que la Egret Ten V4. Si vous le souhaitez, vous pouvez augmenter la vitesse maximale de pointe grâce à des applications.

Il existe également une application officielle qui active le frein moteur électrique lors d’un stationnement de courte durée, par exemple, afin que les voleurs ne puissent pas simplement faire rouler la trottinette électrique. Cependant, il peut toujours être emporté, et chacun devrait prendre la précaution de sécuriser son appareil.

Autonomie

La grande batterie et le nombre maximal de kilomètres qui en résulte avant que la trottinette électrique ne doive être rebranché au réseau restent l’un des principaux atouts du Segway. Heureusement, Segway n’a pas fait de coupes et a installé la même batterie massive de 550 wattheures que son prédécesseur. La Segway Ninebot Max G30D II est également flexible en matière de chargement, car il dispose d’un bloc d’alimentation intégré. C’est pourquoi il n’est livré qu’avec un simple câble secteur à deux broches. C’est particulièrement intéressant pour tous ceux qui veulent recharger leur trottinette électrique en déplacement. Ils ne sont pas obligés de transporter en toute sécurité une unité d’alimentation lourde. Cependant, les propriétaires peuvent acheter en option une unité d’alimentation externe, qui charge la Segway Ninebot Max G30D II un peu plus rapidement, en six heures environ.

Segway promet à nouveau une autonomie maximale de 65 kilomètres – et ne parvient pas à l’atteindre. Comme avec le prédécesseur, nous avons atteint une cinquantaine de kilomètres pendant le trajet d’essai.

Conclusion

La Segway Ninebot Max G30D II est donc une trottinette électrique qui est très intéressante.

5/5 - (1 vote)